Paessler - The Monitoring Experts
 

Paessler PRTG

PRTG, un logiciel professionnel
tout-en-un pour le server monitoring

 

  • icon check white 2
    PRTG supervise
    vos serveurs de messagerie

  • icon check white 2
    PRTG supervise
    vos serveurs web
     
  • icon check white 2
    PRTG supervise
    vos serveurs de bases de données

  • icon check white 2
    PRTG supervise
    vos serveurs virtuel

  • icon check white 2
    PRTG supervise tous vos serveurs, 24h/24,
    7j/7

 

 

 

 

 

 

PRTG, un software unifié de server monitoring pour les professionnels


PRTG surveille toutes les sortes de serveurs, y compris sur les réseaux distribués.
Voici quelques exemples des types of serveurs pour lesquels PRTG fournit d’office des capteurs
prédéfinis qui vous permettent de surveiller vos serveurs dès l’installation du logiciel :

 

 i Qu'est-ce qu'un capteur en PRTG ?

Les «capteurs» sont les éléments de supervision de base de PRTG. Un capteur surveille généralement une valeur mesurée dans votre réseau, par exemple le trafic d'un port de commutateur, la charge du processeur d'un serveur, l'espace libre d'un lecteur de disque. Vous devez compter en moyenne de 5 à 10 capteurs par appareil ou d'un capteur par port de commutateur.

Voyez la vidéo (3:26 min, anglais)

Mail

Supervision des serveurs de messagerie

Plus encore que d’autres, les serveurs de messagerie revêtent une importance critique pour les entreprises. Lorsqu’ils se trouvent affectés d’une façon ou d’une autre, les employés s’en plaignent quasi instantanément, ce qui met l’assistance technique à rude épreuve. Grâce à PRTG, vos serveurs de messagerie sont surveillés en permanence et vous avez l’assurance d’être alerté dans les plus brefs délais en cas de souci. IMAP, POP3, SMTP, et bien plus encore : le logiciel intègre plus d’une douzaine de capteurs destinés à la surveillance des serveurs de messagerie. Avec PRTG vou pouvez également surveiller des appareils NAS et storage area networks (SAN).

Capteurs destinés à la surveillance des serveurs de messagerie

Web Server Monitoring

Supervision des serveurs web

Bien souvent, les résultats d’une entreprise sont directement corrélés aux performances de son ou ses sites internet, a fortiori quand ses produits et services sont commercialisés par ce biais. De fait, toute interruption de service, quand bien même elle ne durerait qu’une poignée de secondes, est un manque à gagner. C’est pourquoi PRTG dispose également d’une large batterie de capteurs destinés à la surveillance des serveurs web (IIS, Apache et autres).

Capteurs destinés à la surveillance des serveurs web

Database Server Monitoring

Supervision des serveurs de base de données

Les entreprises sauvegardent pratiquement toutes les informations les concernant au sein de bases de données. Celles-ci se doivent donc d’offrir d’excellentes performances, sous peine d’entraver la fluidité de fonctionnement des divers services de l’entreprise. C’est la raison pour laquelle PRTG est doté d’un ensemble de capteurs immédiatement utilisables. On y trouve des capteurs pour la surveillance des systèmes MySQL, Microsoft SQL et Oracle SQL. Vous pouvez choisir de retenir du contenu HTTP ou d’interroger la base de données.

Capteurs destinés à la surveillance des serveurs de base de données

File Server Monitoring

Supervision des serveurs de fichiers

Lorsqu’une entreprise ne peut accéder à ses informations, elle est pour ainsi dire pieds et poings liés. L’une des missions de l’administrateur consiste donc à garantir le bon fonctionnement du serveur de fichiers et éviter que ce dernier – comme les autres serveurs, du reste – ne tombe en panne. Aussi est-il fréquent que des administrateurs recherchent, par exemple, un outil FTP précis pour surveiller les serveurs de leur parc. C’est toutefois inutile, car PRTG pourvoit déjà à ce besoin, grâce à une vingtaine de capteurs spécialement conçus pour la surveillance des serveurs de fichiers.

Capteurs destinés à la surveillance des serveurs de fichiers

More server monitoring sensors

Supervisez autant de serveurs que vous le désirez...

Avec PRTG, vous bénéficiez également d’autres capteurs préconfigurés grâce auxquels vous pouvez visualiser en un clin d’œil l’ensemble de votre grappe de serveurs. Vous pouvez créer vos propres capteurs à tout moment et utiliser notre API pour utiliser PRTG dans tout type d’environnement, aussi particulier soit-il.

Découvrez nos autres capteurs pour serveurs

 

Vous voulez savoir en détail ce qu'est un serveur ? Lisez la suite !

Qu’est-ce qu’un serveur ?

what is a server

Un serveur est un ordinateur ou un système qui met des ressources, des données, des services ou des logiciels à la disposition d’autres ordinateurs, qualifiés de « clients », sur un réseau. En théorie, un ordinateur est considéré comme un serveur à partir du moment où il partage des ressources avec une machine cliente. Il existe de nombreux types de serveurs, notamment les serveurs web, les serveurs de messagerie ou encore les serveurs virtuels.al servers.

Un système x peut simultanément fournir des ressources à un système y et utiliser celles que ce dernier met à sa disposition. En d’autres termes, un périphérique peut agir à la fois comme serveur et comme client.

Parmi les tout premiers serveurs se trouvaient notamment les ordinateurs centraux et les mini-ordinateurs. Ces derniers étaient à l’époque bien plus compacts que les ordinateurs mainframe, d’où leur nom. Avec les progrès de la technologie, ils ont néanmoins fini par devenir bien plus imposants que les ordinateurs de bureau modernes, si bien que leur nom semble aujourd’hui grotesque.

À l’origine, les serveurs de ce type étaient connectés à des clients nommés « terminaux » qui n’effectuaient pas de calculs à proprement parler. Surnommés « terminaux idiots », ils avaient pour seule utilité d’accepter la saisie de données via un clavier ou un lecteur de cartes, et de renvoyer les résultats de calculs à un écran ou une imprimante. Ces calculs étaient en revanche effectués par le serveur.

Quelques années après, la plupart des serveurs étaient de puissants ordinateurs dédiés connectés via à un réseau à un ensemble de machines clientes de moindre puissance. Cette architecture réseau est souvent qualifiée d’environnement client-serveur, un modèle dans lequel l’ordinateur client et le serveur possèdent tous deux des capacités de calcul, mais où certaines tâches sont dévolues aux serveurs. Dans les modèles informatiques antérieurs, comme le duo mainframe-terminal, le mainframe faisait office de serveur sans en porter le nom pour autant.

La définition du serveur a ensuite évolué parallèlement au progrès technologique. De nos jours, un serveur est parfois un simple logiciel qui tourne sur un ou plusieurs dispositifs informatiques physiques, auquel cas on le qualifiera généralement de serveur virtuel. À l’origine, les serveurs de ce type permettaient d’étoffer le nombre de fonctions qu’un serveur physique était en mesure d’accomplir à lui seul. Aujourd’hui, les serveurs virtuels s’exécutent souvent sur le matériel d’un fournisseur tiers sur internet : on parle alors de cloud computing.

Un serveur peut être conçu pour effectuer une seule et même tâche. C’est le cas du serveur mail, ou serveur de messagerie, dont le rôle consiste à accepter et stocker des e-mails, avant de les mettre à la disposition du client qui les sollicite. D’autres serveurs sont capables d’assurer différentes tâches, comme un serveur de fichiers ou un serveur d’impression, qui va à la fois stocker les fichiers et accepter les tâches d’impression que lui confient les clients, puis les transmettre à une imprimante connectée au réseau.

Comment fonctionne un serveur ?

how a server works 


Pour faire office de serveur, un périphérique doit être configuré pour écouter les requêtes que les clients lui transmettent via une connexion réseau. Cette fonction peut être disponible sur un système d’exploitation sous la forme d’une application ou d’un rôle installé, ou bien d’une combinaison des deux.

Par exemple, le système d’exploitation Windows Server de Microsoft intègre une fonctionnalité permettant d’écouter et de répondre aux requêtes clients. Les rôles ou services installés ont aussi pour fonction d’étoffer les types de requêtes clients auxquels le serveur est capable de répondre. Pour prendre un autre exemple, un serveur web Apache répond aux requêtes d’un navigateur via une application tierce (en l’occurrence Apache) installée sur un système d’exploitation.

Quand un client sollicite des données ou une fonctionnalité auprès d’un serveur, il envoie une requête sur le réseau. Le serveur la reçoit et y répond en communiquant l’information qui lui a été demandée. C’est le mode requête-réponse du modèle client-serveur.

Un serveur va souvent effectuer d’autres tâches dans le cadre d’une requête-réponse : vérifier l’identité de l’auteur de la requête, s’assurer que le client a l’autorisation d’accéder aux données ou ressources qu’il sollicite, et formater correctement ou renvoyer la réponse requise selon la méthode qui en est attendue.

Les différents types de serveurs

Types of servers 

 

Il existe des types de serveurs pour toutes sortes de fonctions. Beaucoup de réseaux contiennent au moins un ou deux types de serveurs d’usage courant :

Serveurs de fichiers

Les serveurs de fichiers hébergent et diffusent des fichiers que peuvent partager une multitude de clients ou d’utilisateurs. Grâce au stockage central des fichiers, il est plus simple d’effectuer des sauvegardes et de déployer des solutions de tolérance aux pannes que si on tentait d’assurer la sécurité et l’intégrité des fichiers sur chacun des appareils appartenant à une entreprise. La partie matérielle du serveur de fichiers est parfois conçue pour maximiser les vitesses de lecture et d’écriture afin d’optimiser les performances.

Serveurs d’impression

Le serveur d’impression permet d’administrer et de répartir les fonctions d’impression. Au lieu de connecter une imprimante à chaque poste de travail, on fait appel à un serveur commun qui va prendre en charge les demandes d’impression de beaucoup de clients. De nos jours, les modèles d’imprimantes les plus volumineux et sophistiqués intègrent parfois leur propre serveur d’impression, ce qui évite de recourir à un serveur informatisé. Ce serveur interne fonctionne comme les autres, en répondant aux demandes d’impression émanant d’un client.

Serveurs d’applications

Le serveur d’applications offre un contexte d’exécution aux ordinateurs clients pour leur éviter d’exécuter des applications localement. Les serveurs de ce type hébergent la plupart du temps des applications gourmandes en ressources que se partage une large communauté d’utilisateurs. Par ce biais, les clients ne sont plus tenus de disposer de ressources suffisantes pour faire tourner les applications, et il devient inutile d’installer et de garder à jour des logiciels sur une multitude de machines : on se contente de le faire sur le serveur, et tous les utilisateurs en bénéficient.

Serveurs DNS

Les serveurs DNS (pour Domain Name System) sont des serveurs d’applications utilisés pour résoudre les noms de domaines des ordinateurs clients, c’est-à-dire traduire des noms conçus pour être compris de l’homme en adresses IP exploitables par une machine. Le système DNS est une base de données largement répandue qui contient des noms et d’autres serveurs DNS dont chacun peut servir à demander le nom d’un ordinateur qui, autrement, resterait inconnu. Quand un client a besoin de l’adresse d’un système, il envoie à un serveur DNS une requête DNS portant le nom de la ressource visée. Le serveur DNS répond en lui fournissant l’adresse IP nécessaire, qu’il trouvera au sein de sa table de noms.

Serveurs de messagerie

Les serveurs de messagerie sont un des types de serveurs d’applications les plus répandus. Ils reçoivent les courriers électroniques adressés à un utilisateur et les gardent en mémoire jusqu’à ce qu’ils soient sollicités par un client au nom de l’intéressé. Posséder un serveur mail permet de configurer et de rattacher correctement une machine au réseau à tout moment. Elle sera alors prête à envoyer et recevoir des messages au lieu de demander à toutes les machines clientes de faire tourner en continu leur propre sous-système de messagerie.

Serveurs web

Les serveurs web comptent parmi les catégories de serveurs les plus répandues sur le marché à l’heure actuelle. Un serveur web est un genre de serveur d’applications qui héberge des logiciels et des données que les utilisateurs vont solliciter sur internet ou sur un intranet. Ces serveurs répondent aux demandes de pages web ou d’autres services web qui proviennent de navigateurs tournant sur des ordinateurs clients. Parmi les serveurs web les plus populaires, on peut citer ceux d’Apache, de Microsoft Internet Information Services (IIS) et les serveurs Nginx.

Serveurs de bases de données

Le volume de données utilisées par les entreprises, les utilisateurs, et les autres services est tout bonnement colossal. Beaucoup de ces données sont stockées dans des bases de données. Celles-ci doivent être accessibles à de nombreux clients à n’importe quel moment et peuvent mobiliser une gigantesque quantité d’espace disque. À ce titre, les serveurs sont une solution idéale pour héberger des bases de données. Les serveurs de bases de données exécutent des applications de bases de données et répondent aux nombreuses requêtes des clients. Les applications les plus répandues sur ce segment sont Oracle, Microsoft SQL Server, DB2, ou encore Informix.

Serveurs virtuels

Les serveurs virtuels sont en train de conquérir le monde de l’informatique. Contrairement aux serveurs classiques, qu’on installe comme un système d’exploitation sur une machine physique, les serveurs virtuels ne peuvent tourner que sur un logiciel spécialisé appelé hyperviseur. Chaque hyperviseur peut exécuter simultanément des centaines, voire des milliers de serveurs virtuels. L’hyperviseur présente le matériel virtuel au serveur comme s’il s’agissait de matériel physique. Le serveur virtuel utilise le matériel virtuel comme s’il s’agissait de hardware normal, et l’hyperviseur confie les tâches de calcul et de stockage à la machine sur laquelle il est installé, qui est commune à tous les autres serveurs virtuels.

Serveurs proxy

Un serveur proxy fait office d’intermédiaire entre un client et un serveur. Souvent utilisé pour isoler soit les clients, soit les serveurs, dans une optique de sécurité, un serveur proxy reçoit les requêtes que lui transmet le client. Au lieu de répondre à ce dernier, il transfère la demande à un autre serveur ou processus. Le serveur proxy reçoit la réponse émanant du deuxième serveur, puis répond au client d’origine comme si la réponse émanait de lui. De la sorte, le client et le serveur qui lui répond n’ont pas besoin d’être connectés l’un à l’autre.

Serveurs de supervision et d’administration

Certains serveurs ont pour vocation de superviser ou de gérer d’autres systèmes et clients. Il existe de nombreux types de serveurs de supervision. Certains écoutent le réseau et reçoivent l’ensemble des requêtes client et des réponses des serveurs, tandis que d’autres n’interrogent pas les données ni n’y répondent eux-mêmes. Cela permet au serveur de supervision de garder à l’œil tout le trafic du réseau et les requêtes et réponses des clients et serveurs, sans pour autant interférer avec ces opérations. Un serveur de supervision va répondre aux requêtes émanant de clients dédiés à la supervision, comme ceux qu’utilisent les administrateurs réseau soucieux de surveiller la santé du réseau.

Les structures de serveurs

Server structures


Le concept de serveur est quasiment aussi ancien que celui de mise en réseau. Et cela n’a rien d’illogique, puisque la vocation d’un réseau est de permettre à une machine de communiquer avec une autre et de diffuser soit des tâches, soit des ressources. L’informatique a évolué depuis, donnant naissance à des serveurs reposant sur plusieurs types de structures et de hardware.

Mainframe ou mini-ordinateur (AS/400)

Les tout premiers serveurs, les ordinateurs mainframe, qui furent suivis quelques années après les mini-ordinateurs, assuraient quasiment toutes les fonctions informatiques, exception faite de l’interaction avec l’utilisateur par le biais de l’écran et du clavier, tâche qui restait dévolue au système client.

Serveurs informatiques

Le marché des serveurs a ensuite connu la vague des serveurs informatiques. À maints égards, ceux-ci n’étaient rien de plus que des ordinateurs de bureau plus grands et plus puissants. Généralement plus onéreux, ils disposaient de bien plus de mémoire et d’espace disque que la majorité des ordinateurs clients. Chaque serveur restait une unité autonome, dotée de sa propre carte mère, de son processeur, sa mémoire, ses lecteurs de disque et son alimentation électrique. Les serveurs de ce type étaient souvent installés dans des pièces climatisées appelées salles de serveurs, et furent par la suite montés dans des racks facilitant leur stockage et leur accessibilité.

Serveurs lames

À l’origine, le matériel serveur était volumineux et stocké dans des racks capables de supporter plusieurs centaines de kilos. Au fil du temps, l’émergence de solutions permettant de connecter du matériel plus vite a toutefois permis d’extraire certaines parties d’un serveur autonome. En en retirant les disques durs, en éliminant les systèmes de refroidissement interne et en poussant encore plus loin la miniaturisation des composants informatiques, il est devenu possible de réduire les serveurs en un serveur léger unique appelé serveur lame. Bien qu’ils soient toujours stockés dans des racks au sein de salles de serveurs, les serveurs lames sont plus compacts et peuvent être remplacés plus facilement.

Combinaisons de serveurs

Avant l’avènement de la virtualisation, les serveurs s’inspiraient du modèle standard consistant en un système d’exploitation spécialisé et autonome qui était installé sur une machine physique. L’émergence de technologies comme le stockage en réseau (NAS) a affranchi les serveurs de la nécessité de posséder leur propre dispositif de stockage. D’autres technologies, telles que le mirroring et le clustering, ont permis de combiner des composants matériels pour aboutir à des serveurs plus grands et plus puissants. Ceux-ci peuvent se composer de plusieurs lames, de plusieurs périphériques de stockage interconnectés et d’une alimentation électrique externe, et chaque élément peut être remplacé par un autre sans qu’il soit nécessaire d’interrompre le fonctionnement du serveur.

Serveurs virtuels

Les serveurs virtuels nécessitent toujours du matériel, mais ce dernier fait désormais tourner un processus différent baptisé hyperviseur. Dans certains cas, comme l’Hyper-V de Microsoft, un système d’exploitation à part entière continue de s’exécuter sur le hardware. Dans d’autres, on peut installer des hyperviseurs dits « bare metal » directement sur le matériel serveur. Dans les deux cas, le matériel lui-même est souvent réparti sur un ensemble de serveurs lames, de dispositifs de stockage en réseau et d’alimentation électrique, ce qui crée un environnement dans lequel il est impossible de savoir où un serveur se termine et où un autre commence.

Exemples de systèmes d’exploitation pour serveurs

Examples of server operating systems


Serveurs Microsoft Windows

On peut considérer que Windows for Workgroups a été le premier système d’exploitation que Microsoft a dédié aux serveurs. Sous cette version, les utilisateurs pouvaient configurer certains ordinateurs pour qu’ils se partagent des ressources et répondent aux requêtes des clients, ce qui les transformait de facto en serveurs. Le premier véritable système d’exploitation pour serveurs de Microsoft était Windows NT. Ses versions 3.5 et 3.51 tournaient sur bon nombre de réseaux d’entreprise jusqu’à ce que Microsoft sorte sa gamme Windows Server, qui existe encore à ce jour. La version la plus récente de l’OS, Windows Server 2016, prend en charge de nombreuses applications et bases de données et intègre un hyperviseur qui permet l’utilisation de serveurs virtuels.

Serveurs Linux / Unix

Linux/Unix est l’autre grand acteur de l’univers des systèmes d’exploitation pour serveurs. On trouve plusieurs versions et variantes de Linux/Unix, notamment Red Hat Enterprise Linux, Debian et CentOS. Comme il s’agit d’un système d’exploitation open source, Linux jouit d’une grande popularité en tant que serveur web. On y installe souvent le serveur d’applications web Apache.

NetWare

S’il n’est plus produit aujourd’hui, le système d’exploitation pour serveurs NetWare a connu un grand succès à une époque marquée par la démocratisation rapide du modèle client-serveur. Au bout du compte, NetWare a fait migrer son système d’exploitation vers un noyau reposant sur Linux, et l’a baptisé Novell Open Enterprise Server (OES).

Serveurs cloud

Les serveurs virtuels hébergés sur une infrastructure tierce connectée à un réseau ouvert, comme le web, sont qualifiés de serveurs cloud. Parmi les nombreux fournisseurs de serveurs cloud actuellement présents sur le marché, on peut citer la Cloud Platform de Google, Microsoft Azure, ou encore IBM Cloud.

Cependant, un des vrais pionniers du cloud computing destiné aux entreprises est la plateforme AWS d’Amazon. Initialement conçue pour tirer profit des capacités inutilisées des serveurs et réseaux du géant américain, AWS permet désormais à ses clients de créer quasi instantanément un serveur virtuel, puis de définir la quantité de ressources qu’un serveur peut utiliser à la volée.

Aujourd’hui, un serveur peut se résumer aux données d’un équipement physique qui se compose d’un grand nombre de processeurs, de lecteurs de disque, de mémoire, et de connexions réseau. Il n’en reste pas moins qu’un serveur n’est, aujourd’hui encore, rien d’autre qu’un système qui répond aux requêtes transmises par un client.

 

Définir et comprendre les principes de la supervision des serveurs

Être informé en temps réel

Un mécanisme de supervision des serveurs vous permet d’observer vos serveurs en temps réel et de déterminer leur disponibilité, leur accessibilité, leurs capacités, et leur degré de fiabilité générale. Avec un outil de ce type, vos serveurs seront contrôlés à intervalles réguliers et vous resterez en tout temps informé de leur état.

Gagner en stabilité

Si les administrateurs système gardent un œil sur leurs serveurs, c’est parce qu’ils veulent améliorer la stabilité et les performances de leurs réseaux. En cas de dépassement de certaines valeurs seuils, vous recevrez un message d’avertissement et pourrez ainsi intervenir sur-le-champ. Notre mécanisme de supervision vous aide à accomplir vos tâches quotidiennes. Il vous permet de visualiser à tout moment les ressources dont disposent vos serveurs.

Une base pour les analyses

Les administrateurs système analysent les valeurs que leur transmet leur logiciel de supervision afin de prendre les mesures qui s’imposent. En étudiant l’évolution de ces chiffres à long terme, on peut optimiser divers aspects qui jouent sur les performances de votre réseau, comme la planification des capacités. Les fonctionnalités de reporting de PRTG sont, elles aussi, extrêmement utiles pour qui veut optimiser le fonctionnement d’un réseau.

 

quote markus puke

« Maintenant que nous savons nos systèmes constamment surveillés, nous pouvons travailler l’esprit plus serein. »

Markus, Administrateur réseau à la Schüchtermann-Klinik

 

3 raisons de faire de PRTG votre logiciel supervision des serveurs

 iUn serveur est un ordinateur ou système qui fournit des ressources, des données, des services ou des logiciels à d’autres ordinateurs qualifiés de clients sur un réseau. Théoriquement, tout ordinateur est considéré comme un serveur dès lors qu’il partage des ressources avec une machine cliente. Il existe donc de nombreux types de serveurs, notamment les serveurs web, les serveurs de messagerie ou encore les serveurs virtuels.
Plus d’informations

An Integrated Solution

Une solution intégrée

Que vous possédiez seulement quelques serveurs ou bien une énorme grappe, PRTG s’adapte en temps réel à la taille de votre parc. Si vous décidez d’acquérir de nouveaux serveurs, vous pouvez à tout moment passer à la licence supérieure de façon individualisée. PRTG est une solution intégrée : qu’il s’agisse de processeurs, de mémoire, de ventilateurs, d’alimentations ou d’autres composants, notre outil de surveillance des serveurs surveille simultanément vos serveurs ainsi que l’ensemble de votre infrastructure. PRTG détecte immédiatement toute panne d’un routeur ou commutateur perturbant le fonctionnement d’un serveur. Même les serveurs virtuels sont détectés automatiquement et incorporés au périmètre de surveillance.

Prompt Alerts

Un mécanisme d’alerte très réactif

Les serveurs constituent le cœur de toute infrastructure informatique. Sans eux, une entreprise est pour ainsi dire au chômage technique. PRTG veille à ce que les pannes du système soient résolues en un minimum de temps, sinon tuées dans l’œuf. Grâce à la fonctionnalité d’alerte par e-mail ou SMS, vous êtes immédiatement avisé de la moindre complication. Le logiciel localise les erreurs directement, ce qui vous fait gagner énormément de temps. Raffinement ultime, vous pouvez définir vous-même les seuils au-delà desquels vous souhaitez être prévenu. Ainsi, vous recevez une notification avant qu’un manque de ressources ne se transforme en véritable panne.

Capacity planning

Une planification des ressources optimale

PRTG vous permet d’optimiser votre planification des ressources. Grâce à notre outil de surveillance des serveurs, vous pouvez rapidement déterminer quand il conviendra, à moyen ou long terme, d’accroître les capacités de votre infrastructure. Son tableau de bord affiche des graphiques percutants qui vous aideront à convaincre vos supérieurs hiérarchiques peu familiers des questions techniques de la nécessité d’augmenter vos ressources. L’outil fournit également des rapports détaillés qui peuvent servir de socle de référence pour la planification et l’optimisation continue des processus.

 

5 questions fréquentes concernant la supervision des serveurs

1. Comment faire pour protéger mon entreprise le plus efficacement possible des pannes de serveurs ?

Quand un serveur plante, le département IT doit intervenir sans perdre une seconde. PRTG contribue à améliorer la fiabilité de vos serveurs. En cas de hausse de la charge de certains composants matériels comme les processeurs, les disques durs ou la RAM, vous serez prévenu sur-le-champ. Avec PRTG, tous les seuils de tolérance sont entièrement paramétrables.

2. Comment superviser des serveurs externes depuis un poste d’observation central ?

PRTG est capable de superviser vos serveurs depuis un poste central, même si vos appareils se trouvent dans différentes régions du globe. Pour ce faire, l’outil de supervision met à contribution des « sondes distantes. » Grâce à cette architecture sans agent, vous pouvez surveiller des environnements IT qui se trouvent dans d’autres zones géographiques que la vôtre.

3. Quels types d’informations un outil de supervision des serveurs collecte-t-il ?

On trouve sur le marché une kyrielle d’outils de supervision et d’analyse. Nous vous recommandons de dresser un inventaire des avantages et des points faibles de chacun d’entre eux (comme dans ce comparatif entre PRTG et Nagios). PRTG est une solution de supervision réseau qui contrôle en continu tous les pans de votre environnement informatique. Cet environnement englobe les serveurs, ainsi que les appareils comme les switches et routeurs de toutes les grandes marques. S’ajoutent à cela la bande passante, les applications, la qualité de service, et bien plus encore.

4. Comment le système d’alarme se déclenche-t-il quand un serveur rencontre un dysfonctionnement ou une panne ?

C’est vous qui définissez les valeurs seuils dont le franchissement donne lieu à l’envoi d’un message d’avertissement. Vous pouvez aussi configurer la forme que prendra cette alerte : e-mail, notification push, SMS, messages syslog, etc. Le système d’alarme de PRTG est entièrement paramétrable. Vous pouvez, par exemple, choisir des règles d’avertissement plus strictes pour les infrastructures critiques (comme vos serveurs) que pour certaines stations de travail.

5. L’usage d’une solution de supervision va-t-il nuire aux performances de mon réseau ?

Pour superviser votre réseau, nos capteurs font appel à plusieurs protocoles comme SNMP, WMI ou encore les compteurs de performances. Windows Management Instrumentation (WMI) est une norme d’utilisation courante qui a été développée par Microsoft. Son exécution sur le système tendant à générer une forte charge sur le réseau, il faut l’utiliser avec parcimonie. En pratique, si vous décidez de recourir à cette technologie, il vous faudra créer un minimum de capteurs afin qu’ils ne nuisent en rien aux performances de votre réseau. À l’inverse, la charge exercée par le protocole SNMP reste pour ainsi dire insignifiante, même pour les mécanismes de supervision étendus, c’est-à-dire ceux qui comptent plusieurs milliers de capteurs. L’usage de SNMP n’occasionne que très rarement des baisses de performances.

 

Hardware en bref

 

PRTG est configuré en quelques minutes et est compatible avec de nombreux appareils.

 

PRTG comes with all the features you need, plus more your IT infrastructure won't want to live without.

vendors vm ware

 

PRTG permet de surveiller de nombreux fournisseurs de logiciel en un seul endroit!

 

 

HPE Enterprise Partner

HPE Partner Ready for Technology Partner Program

Le caractère multifonctions de notre outil de supervision et la qualité de l’assistance technique que nous fournissons aux propriétaires de produits HPE nous a valu d’être invités à devenir un des partenaires technologiques de Hewlett Packard Enterprises.

Ce partenariat technologique avec Hewlett Packard Enterprises nous aide à développer efficacement de nouvelles solutions et prouve que PRTG s'intègre bien aux logiciels créés par HPE.

 

PRTG facilite votre travail

Notre logiciel de supervision vous permet de vous concentrer sur vos tâches en vous alertant immédiatement en cas de problème.

 

time white

Économisez des efforts

PRTG vous permet d'avoir un outil de supervision centralisé pour tous les serveurs et pour l'ensemble de votre réseau. Profitez d'un aperçu rapide de l'ensemble de votre infrastructure grâce à notre tableau de bord et à notre application.

brain white

Gagnez du temps

Démarrer avec PRTG est un jeu d'enfant. La configuration ou le transfert d'un autre outil de supervision réseau est facile grâce à la découverte automatique et aux modèles d'équipements préconfigurés.

money white

Économisez de l'argent

80 % de nos utilisateurs nous font part d'économies de coûts subtantielles avec la supervision réseau.. Les frais de licence sont amortis en quelques semaines.

 

 

Essayez notre outil de simulation multiserveur !


Vous désirez installer de nouveaux serveurs mais souhaitez d’abord tester leur comportement sur votre réseau ? Cela tombe bien, c’est tout l’objet de notre outil de simulation multiserveur! Grâce à cet utilitaire, vous pouvez anticiper les réactions de votre réseau et déterminer les aspects qui doivent être corrigés.

Découvrez notre simulateur multiserveur

 

Surveillance des serveurs

 

Les messages d’erreur des serveurs HTTP

Les erreurs courantes

Tous les codes de statut qui commencent par un « 5 » (5XX) désignent des erreurs du serveur, et donc un problème. Le code 500 est un code de statut collectif qui correspond à une erreur inattendue du serveur. Toutes les autres références (501, 502, 503, etc.) servent à signaler des problèmes spécifiques. L’erreur 503, par exemple, signifie que le serveur web d’un site internet est actuellement saturé ou indisponible. Pour obtenir des informations complémentaires à ce sujet, consultez deux des articles de notre Base de connaissances concernant les codes de statut HTTP et les capteurs associés: Quelle est la correspondance entre code de statut HTTP et statut du capteur HTTP ? et Puis-je utiliser PRTG pour vérifier certains codes de réponse HTTP ?

Supervision des serveurs web

L’existence de messages d’erreur est la preuve manifeste de l’utilité de la supervision des serveurs web, a fortiori quand le chiffre d’affaires d’une entreprise dépend directement du bon fonctionnement de son site. PRTG est doté de toute une batterie de capteurs HTTP conçus pour superviser des sites web et des URL spécifiques.

 

Supervision des serveurs: faut-il opter pour une licence payante ou bien se contenter de la version gratuite ?

Server monitoring freeware

Utilitaire gratuit de supervision des serveurs

Libre à vous d’essayer gratuitement toutes les fonctionnalités de PRTG pendant 30 jours. À l’issue de cette période, vous pourrez continuer d’utiliser 100 capteurs aussi longtemps que vous le désirez, sachant qu’il faut en compter une dizaine pour chacun des appareils que vous comptez garder à l’œil. C’est vous qui choisissez la manière dont ces 100 capteurs offerts seront mis à profit. Ceux-ci suffisent généralement à configurer un mécanisme rudimentaire de supervision des serveurs. Si votre réseau n’est pas trop étendu, vous pourrez probablement vous contenter de la version gratuite, d’autant qu’elle inclut le système d’alarme et toutes les fonctionnalités de reporting.

Our licenses

Nos licences

PRTG se décline en plusieurs licences adaptées aux besoins de différents profils d’utilisateurs. Chacune d’entre elles vous donne accès à un nombre défini de capteurs. S’il vous en faut davantage, il suffit de mettre à niveau votre logiciel. D’une version à l’autre, tous vos paramètres sont conservés. En d’autres termes, vous n’aurez pas à reconfigurer à partir de zéro votre mécanisme de supervision. Beaucoup d’administrateurs système commencent par la version d’évaluation gratuite. Cela leur permet de se faire une idée du fonctionnement de notre outil de supervision sans prendre le moindre engagement.

 


arne seifert

« Arne, comment éviter les fausses alarmes lors de la maintenance des serveurs ? »

« En pratique, vous devrez à court terme effectuer des réparations. Tant que vous travaillez, votre système de surveillance ne déclenchera pas de fausse alarme. La fenêtre ponctuelle de maintenance vous permet de suspendre la surveillance de certains appareils ou groupes d'appareils. Pour des opérations de maintenance régulières, PRTG vous permet de créer facilement un programme automatisé. »

Arne Seifert, service d'assistance technique de Paessler AG

 

Découvrez comment tirer parti de PRTG comme outil de surveillance des serveurs virtuels

Overview Server monitoring

Une vue d’ensemble sur vos serveurs

Les serveurs virtualisés sont par nature plus complexes que les autres : quand une panne touche le matériel physique, les machines virtuelles en font aussi les frais. Avec PRTG, vous pouvez à tout moment visualiser l’état de tous ces serveurs. PRTG est une solution de surveillance pour l’ensemble de votre infrastructure. Elle vous permet de créer un socle solide pour que vos structures de données fonctionnent le plus efficacement possible, et de récolter les fruits de cette optimisation.

Custom Fit server monitor

Un service sur mesure

Bien qu’il existe une multitude d’environnements virtualisés, PRTG peut quasiment tous les surveiller. PAESSLER AG est notamment un partenaire technologique certifié de VMware. Notre outil de surveillance des serveurs est doté de capteurs prédéfinis qui s’appliquent automatiquement. Pour en savoir plus sur la surveillance VMware avec PRTG, rendez-vous sur la page suivante. Notre outil est également capable de superviser bien d’autres environnements virtualisés, à l’image d’Hyper-V, XEN, Parallels Virtuozzo Containers ou encore Amazon EC2, pour ne citer que ceux-ci.

Flexible server monitoring

Une flexibilité appréciable

Le recours aux serveurs virtuels constitue une solution idéale pour les entreprises qui traversent une période de croissance très soutenue. En effet, il permet d’installer de nouveaux services système à moindre frais. La mise à niveau de PRTG est simple et rapide. Celui-ci s’adapte à la croissance de votre entreprise de façon dynamique. De nouveaux capteurs peuvent être ajoutés en quelques minutes seulement et au prix d’efforts minimes. Ce qui fait de la gestion de l’outil de surveillance des serveurs un jeu d’enfant.

 

Supervision LDAP à l’aide de PRTG

Présentation du protocole LDAP

LDAP (Lightweight Directory Access Protocol) est un protocole permettant l’interrogation de services d’annuaire distribués. Ces annuaires contiennent des données liées à des objets qui sont lisibles par des outils de supervision comme PRTG. Le plus connu de tous est probablement Active Directory, le service créé par Microsoft pour les environnements de serveurs Windows.

Commencer dès maintenant à superviser le protocole LDAP

PRTG est doté par défaut d’un capteur LDAP. Celui-ci va entreprendre de se connecter au serveur LDAP en s’authentifiant par l’intermédiaire d’un nom distingué (DN), et afficher le temps de réponse de votre serveur LDAP si la connexion et l’authentification ont réussi. Il convient de souligner que le capteur n’est pas capable d’utiliser le protocole dont il tire son nom via une connexion SSL. Pour en savoir plus à ce sujet, nous vous invitons à lire, sur notre site web, la page consacrée à la supervision des journaux.

 

Cela pourrait aussi vous intéresser

À partir de PRTG 21.3.70, nous avons publié nos premiers capteurs Redfish.

Avec les capteurs Redfish, vous pouvez superviser le matériel des serveurs dans le centre de données en utilisant le protocole Redfish à partir des contrôleurs de gestion des serveurs comme Lenovo XClarity, HPE iLO ou Dell iDrac. Redfish est le successeur d'IPMI et offre une meilleure sécurité.

Le capteur Redfish System Health

Le capteur Redfish System Health supervise l'état général du système et l'état de divers composants tels que les alimentations ou les périphériques PCIe, le cas échéant.

Le capteur Redfish Virtual Disk 

Ce capteur supervise le disque virtuel d'un serveur compatible avec Redfish Scalable Platforms Management API (Redfish).

Le capteur Redfish Power Supply 

Ce capteur supervise l'alimentation électrique d'un serveur compatible avec Redfish Scalable Platforms Management API (Redfish).

 

Vous voulez en savoir plus sur
d'autres sujets de surveillance ?
 

Supervision des disques durs

Comment votre disque dur s’en sort-il ? Y a-t-il suffisamment d’espace libre sur vos serveurs et sur vos stations de travail ? Pour obtenir des réponses à ces questions et en apprendre davantage, nous vous invitons à découvrir notre page consacrée à la supervision des disques durs.

en savoir plus

Supervision de la sécurité

PRTG vous permet d'améliorer la sécurité en identifiant les points faibles et les failles. Pour ce faire, il surveille vos ports et vos serveurs (entre autres).

En savoir plus
 

 

Toujours pas convaincu ?

 

 

Plus de 500 000 administrateurs système apprécient PRTG

Paessler PRTG est utilisé par des entreprises de toutes tailles. Les administrateurs systèmes apprécient PRTG parce qu'il simplifie leur travail.

Toujours pas convaincu ?

 

Supervisez l'intégralité de
votre infrastructure IT

Bande passante, serveurs, environnements virtuels, sites Internet, services VoIP – PRTG surveille l'ensemble de votre réseau.

 

 

Essayez Paessler PRTG gratuitement

Chaque utilisateur a des besoins de supervision différents. C'est pourquoi nous vous laissons essayer PRTG gratuitement. Démarrez maintenant un essai.

 

 

PRTG

Logiciel de supervision réseau - Version 22.4.81.1532 (November 29th, 2022)

Hébergement

Téléchargement disponible pour Windows et en version hébergée PRTG Hosted Monitor

Langues disponibles

Anglais, Allemand, Espagnol, Français, Portugais, Néerlandais, Russe, Japonais, et Chinois Simplifié

Prix

Gratuit jusqu’à 100 capteurs (Liste de prix)

Unified Monitoring

Les périphériques réseau, la bande passante, les serveurs, les applications, les environnements virtuels, les systèmes à distance, l’IdO et bien plus

Vendeurs et applications pris en charge

Plus
cisco logo grey 40 dell logo grey 40 hp logo grey 40 ibm grey40 netapp grey40 linux grey40 aws grey40 windows grey40 vmware grey40 citrix grey40 exchange grey40 apache grey40 oracle grey40