Paessler - The Monitoring Experts
 

PRTG, un logiciel tout-en-un pour superviser vos adresses IP

PRTG, un logiciel tout-en-un pour superviser vos adresses IP

 

  • icon check white 2
    Logiciel professionnel de supervision des adresses IP

  • icon check white 2
    Vérification & Ping
    des adresses IP
     
  • icon check white 2
    Utilisez PRTG comme renifleur d’adresses IP et comme moniteur de trafic IP

 

 

 

 

 

 

Supervision IP/réseau : pourquoi PRTG est l’outil qu’il vous faut

Une vue d’ensemble extrêmement pratique

Une vue d’ensemble extrêmement pratique

Avec PRTG, vous êtes toujours au fait de la situation. Son tableau de bord central vous permet de vous assurer en tout temps que tous les voyants sont au vert. Dès qu'un problème ou une panne se produit, la console vire immédiatement au rouge. Et grâce à nos applications, vous êtes toujours informé du statut de votre infrastructure, même lors de vos déplacements.

Des alarmes réactives et personnalisables

Des alarmes réactives et personnalisables

PRTG intègre un système de notification entièrement personnalisable qui vous prévient, selon vos préférences, par email, par SMS ou encore sur votre pager. Configurez les alertes de sorte à être prévenu dès qu'un souci se profile - plutôt qu'une fois la panne survenue. Ce faisant, vous renforcerez la fiabilité de votre réseau.

Un gain de temps remarquable

Un gain de temps remarquable

Paessler organise régulièrement des enquêtes de satisfaction auprès de ses clients. Il en ressort que plus de la moitié de nos clients indiquent qu'ils gagnent deux heures ou plus par semaine en utilisant PRTG. À l'échelle d'une année, cela représente une centaine d'heures, soit deux semaines entières de travail que vous pouvez mettre à profit pour vous consacrer à des tâches plus importantes. 

 

Vous voulez savoir en détail ce qu'est une adresse IP ? Lisez la suite !

Qu’est-ce qu'une adresse IP ?

What is an IP address

 

Une adresse IP (Internet Protocol) est une représentation numérique qui identifie de façon unique une interface donnée sur le réseau.

Dans la version 4 du protocole (IPv4), une adresse IP comporte 32 bits, ce qui permet de créer jusqu’à 4 294 967 296 (232) de numéros uniques. Dans sa version 6 (IPv6), l’adresse est longue de 128 bits : on dispose ainsi de 3,4 x 1038 (2128) adresses uniques.

Le nombre total d’adresses utilisables dans les pools de chacune des versions est réduit par une série d’adresses réservées et d’autres facteurs.

Quoiqu’étant des valeurs binaires, les adresses IP sont habituellement représentées avec des chiffres décimaux (IPv4) ou hexadécimaux (IPv6) pour permettre à l’Homme de les déchiffre et de les utiliser plus aisément.

L’Internet Protocol (IP)

the Internet Protocol

L’acronyme IP, qui signifie « Internet Protocol », désigne un ensemble de normes et contraintes qui s’appliquent à la création et à la transmission sur les réseaux de paquets de données, aussi appelés datagrammes. Le protocole IP fait partie de la couche Internet de la suite de protocoles Internet. Dans le modèle OSI, IP appartiendrait à la couche réseau. Le protocole est la plupart du temps associé à un protocole de niveau supérieur, généralement TCP. La norme IP est décrite dans la RFC 791.

Comment fonctionne l’IP

Le protocole IP est conçu pour fonctionner sur un réseau dynamique. Cela veut dire qu’il doit se passer d’annuaire central ou de moniteur, et qu’il ne peut pas reposer sur des liens spécifiques ou des nœuds existants. L’IP est un protocole sans connexion construit autour des datagrammes, ce qui signifie que chaque paquet doit contenir l’adresse IP source, l’adresse IP de destination, ainsi que d’autres données dans l’en-tête afin d’être correctement acheminé.

L’association de ces facteurs fait d’IP un protocole « d’acheminement au mieux » (best-effort delivery) qui manque de fiabilité. La correction des erreurs est assurée par des protocoles de niveau supérieur, notamment TCP, un protocole orienté connexion, et UDP, un protocole sans connexion.

Le gros du trafic internet se fait par le biais du protocole TCP/IP.

Les différentes versions du protocole

IP versions


Deux versions d’IP sont utilisées à l’heure actuelle : IPv4 et IPv6. Le protocole originel, IPv4, est toujours aussi répandu, que ce soit sur le web ou sur une multitude de réseaux d’entreprise. Cependant, cette version permet de créer seulement 232 adresses. Cette limite, associée au mode d’allocation des adresses, a conduit à une situation où il n’y aurait pas suffisamment d’adresses uniques pour tous les appareils connectés à internet.

Développée par l’Internet Engineering Task Force (IETF), l’IPv6 a été officialisée en 1998. Grâce à cette mise à niveau, le protocole a nettement étendu son espace d’adressage, qui permet désormais la création de 2128 numéros uniques. Il a aussi renforcé l’efficacité des en-têtes de paquets IP, et amélioré le routage et la sécurité.

Adresses IPv4

Les adresses IPv4 sont en fait des nombres binaires de 32 bits composés de deux sous-adresses (identifiants) évoquées ci-dessous. L’une identifie le réseau, l’autre son hôte, avec une frontière imaginaire séparant les deux. Une adresse IP est, à ce titre, généralement représentée sous la forme de 4 octets de nombres allant de 0 à 255 et écrite sous forme décimale plutôt que sous forme binaire.

Par exemple, l’adresse 168.212.226.204 est version décimale du nombre binaire de 32 bits suivant : 10101000.11010100.11100010.11001100.

Le nombre binaire a son importance, car il permet de connaître la classe de réseau à laquelle l’adresse IP appartient.


Une adresse IPv4 s’écrit généralement à l’aide de la notation décimale à point, une convention par laquelle les différents groupes de huit bits (octet) sont représentés par un nombre allant de 1 à 255, et sont séparés par un point. Une adresse IPv4 prendra donc la forme suivante :

192.168.17.43

 

Les adresses IPv4 se composent de deux parties. Les premiers nombres spécifient le type de réseau, tandis que les derniers permettent de déterminer l’hôte de façon précise. Un masque de sous-réseau spécifie la partie de l’adresse qui correspond au réseau, et celle qui désigne un hôte spécifique.

Un paquet dont l’adresse de destination ne se trouve pas sur le même réseau que l’adresse source sera transféré, ou plus précisément routé, au réseau approprié. Une fois arrivé sur le bon réseau, la partie hôte de l’adresse détermine à quelle interface le paquet doit être acheminé.

Masques de sous-réseau

Une seule et même adresse IP identifie à la fois le réseau et une interface unique sur celui-ci. Le masque de sous-réseau, qui peut également être écrit en notation décimale à point, détermine l’endroit auquel la partie d’une adresse correspondant au réseau se termine, et donc l’endroit où la portion correspond à l’hôte commence.

En binaire, un bit de 1 signifie que le bit correspondant dans l’adresse IP fait partie de l’adresse du réseau. Tous les bits définis sur 0 sont ceux qui, dans l’adresse IP, correspondent à l’adresse de l’hôte.

Les bits constituant le masque de sous-réseau doivent être consécutifs. La majorité des masques de sous-réseau commencent par « 255. » et continuent ainsi jusqu’à la fin du masque. Un masque de sous-réseau de classe C sera ainsi 255.255.255.0.

Les classes d’adresses IP

 

Class Leading
bits
Size of network
number
bit field
Size of rest
bit field
Number
of networks
Addresses
per network
Total addresses
in class
Start address End address
Class A 0 8 24 128 (27) 16,777,216 (224) 2,147,483,648 (231) 0.0.0.0 127.255.255.255
Class B 10 16 16 16,384 (214) 65,536 (216) 1,073,741,824 (230) 128.0.0.0 191.255.255.255
Class C 110 24 8 2,097,152 (221) 256 (28) 536,870,912 (229) 192.0.0.0 223.255.255.255
Class D (multicast) 1110 not defined not defined not defined not defined 268,435,456 (228) 224.0.0.0 239.255.255.255
Class E (reserved) 1111 not defined not defined not defined not defined 268,435,456 (228) 240.0.0.0 255.255.255.255

 


Avant que les masques de sous-réseau variables ne permettent la configuration de réseaux de toute taille, l’espace d’adressage IPv4 était divisé en cinq classes.


Classe A 

Dans un réseau de classe A, les huit premiers bits, c'est-à-dire les décimales qui précèdent le premier point, désignent la partie réseau de l’adresse, l’autre partie de l’adresse permettant pour sa part d’identifier l’hôte. Il peut y avoir au total 128 réseaux de classe A.

De 0.0.0.0 à 127.0.0.0

 

Soulignons toutefois que toute adresse débutant par « 127. » est considérée comme une adresse de bouclage.

Exemple d’adresse IP de classe A :

2.134.213.2


Classe B

Dans un réseau de classe B, les 16 premiers bits constituent la partie « réseau » de l’adresse. Tous les réseaux de cette catégorie commencent par un bit de 1, suivi d’un bit de 0. En notation décimale à point, cela signifie que les adresses allant de 128.0.0.0 à 191.255.0.0 correspondent à des réseaux de classe B. Il y a donc 16 384 possibilités de réseaux de classe B.

Exemple d’adresse IP de classe B :

135.58.24.17


Classe C

Dans un réseau de classe C, les deux premiers bits sont des 1, et le troisième est un 0. Ainsi, les 24 premiers bits de l’adresse correspondent à l’ID de réseau, le reste à l’ID hôte. Les réseaux disponibles en classe C vont de 192.0.0.0 à 223.255.255.0. L'adresse IP de classe C autorise près de 2 millions de réseaux.

Exemple d’adresse IP de classe C :

192.168.178.1

 

Classe D

Les adresses de classe D sont dévolues aux applications de multicast. Contrairement aux classes antérieures, la classe D n’est pas destinée aux opérations réseau « normales ». Les adresses de ce type commencent toujours par la séquence de bits 1110. Il s’agit d’adresses de 32 bits, ce qui signifie que toutes les valeurs allant de 224.0.0.0 à 239.255.255.255 sont utilisées pour identifier de manière unique des groupes de multidiffusion. L’espace d’adressage de la classe D ne comporte pas d’ID hôte, puisque tous les hôtes d’un groupe partagent l’adresse IP du groupe afin de pouvoir les paquets de données.

Exemple d’adresse IP de classe D :

227.21.6.173


Classe E

Les réseaux de classe E se reconnaissent à leurs adresses qui commencent par un quadruple 1 en binaire. Cela englobe les adresses comprises entre 240.0.0.0 et 255.255.255.255. Bien que cette classe soit réservée, la finalité de son usage n’a jamais été précisée. Ainsi, la plupart des réseaux sont configurés pour rejeter ces adresses, considérées comme interdites ou inconnues. Seule exception, l’adresse 255.255.255.255, qui est utilisée à des fins de transmission (broadcast).

Exemple d’adresse IP de classe E :

243.164.89.28

 

Synthèse : les classes d’adresses IP et leur correspondance en bits

Classe A
  0.  0.  0.  0 = 00000000.00000000.00000000.00000000
127.255.255.255 = 01111111.11111111.11111111.11111111
                  0nnnnnnn.HHHHHHHH.HHHHHHHH.HHHHHHHH

Classe B
128.  0.  0.  0 = 10000000.00000000.00000000.00000000
191.255.255.255 = 10111111.11111111.11111111.11111111
                  10nnnnnn.nnnnnnnn.HHHHHHHH.HHHHHHHH

Classe C
192.  0.  0.  0 = 11000000.00000000.00000000.00000000
223.255.255.255 = 11011111.11111111.11111111.11111111
                  110nnnnn.nnnnnnnn.nnnnnnnn.HHHHHHHH

Classe D
224.  0.  0.  0 = 11100000.00000000.00000000.00000000
239.255.255.255 = 11101111.11111111.11111111.11111111
                  1110XXXX.XXXXXXXX.XXXXXXXX.XXXXXXXX

Classe E
240.  0.  0.  0 = 11110000.00000000.00000000.00000000
255.255.255.255 = 11111111.11111111.11111111.11111111
                  1111XXXX.XXXXXXXX.XXXXXXXX.XXXXXXXX


Adresses privées

Au sein de l’espace d’adressage, certains réseaux sont réservés aux réseaux privés. Les paquets issus de ces réseaux ne sont pas routés sur l’internet public. Ainsi, les réseaux privés peuvent utiliser des adresses IP internes sans courir le risque d’interférer avec d’autres réseaux. Les réseaux privés sont :

10.0.0.1 - 10.255.255.255

172.16.0.0 - 172.31.255.255

192.168.0.0 - 192.168.255.255

 

Adresses spéciales

Certaines adresses IPv4 sont réservées à des usages particuliers :

127.0.0.0 Adresse de bouclage (l’interface de l’hôte, ou localhost)
224.0.0.0 Multidiffusion
255.255.255.255 Broadcast (envoyé à toutes les interfaces sur le réseau) 

 

Épuisement des adresses IPv4

La spécification IPv4 fut, dans un premier temps, conçue pour l’ARPANET, qui deviendra plus tard l’internet. Ce réseau se destinait initialement à des fins expérimentales, si bien que personne n’avait réfléchi au nombre d’adresses qu’il faudrait à l’avenir. À l’époque, les 232 adresses (4,3 milliards) disponibles semblaient amplement suffisantes. Au fil du temps, cependant, il s’est avéré que l’espace d’adressage d’IPv4 ne serait, tel qu’il avait été imaginé, pas assez grand pour un internet ouvert au monde entier et une multitude d’appareils connectés par personne. Les derniers blocs d’adresses ont été attribués en 2011. 

 

IPv4 Subnets

Adresses IPv6

Pour éviter de rencontrer le même problème en attribuant à une spécification des limites jugées suffisantes, mais peut-être destinées à devenir insuffisantes, les concepteurs d’IPv6 l’ont doté d’un immense espace d’adressage. La taille des adresses est ainsi passée de 32 bits en IPv4 à 128 bits en IPv6.

L’IPv6 a une limite théorique de 3,4 x 1038 adresses. Cela équivaut à plus de 340 millions de décillions d’adresses, un nombre jugé suffisant pour en attribuer une à tous les atomes présents sur Terre.

Les adresses IPv6 sont représentées par huit séries de quatre valeurs hexadécimales séparées les unes des autres par un point. Une adresse IPv6 ressemble ainsi à cela :

2DAB:FFFF:0000:3EAE:01AA:00FF:DD72:2C4A

Abréviation des adresses IPv6

Les adresses IPv6 étant excessivement longues, des conventions ont été mises en place pour les raccourcir. Tout d’abord, les zéros qui précèdent les différents groupes de nombres peuvent être éliminés. Ainsi, « :0033: » peut s’écrire « :33: »

Ensuite, les champs successifs de zéros peuvent être représentés par « :: ». Notons toutefois que cette abréviation ne peut être utilisée qu’une seule fois par adresse, pour éviter toute ambiguïté. Le nombre de sections supprimées ainsi correspond au nombre requis pour ramener l’adresse à ses huit sections d’origine. Par exemple, l’adresse 2DAB::DD72:2C4A devra, dans sa version longue, intégrer cinq sections de zéros à la place du double « : ».

(2DAB:0000:0000:0000:0000:0000:DD72:2C4A)



L’adresse de bouclage

0000:0000:0000:0000:0000:0000:0000:0001

 

peut ainsi être abrégée en « ::1 ».

Adresses privées IPv6

Comme c’est le cas pour IPv4, certains blocs d’adresses sont réservés à des réseaux privés. Ces adresses ne sont pas routées sur l’internet public. En IPv6, les adresses privées sont qualifiées d’adresses locales uniques (ULA). Les adresses du bloc FC00::/7 sont ignorées et ne sont pas routées par défaut.

Résolution de noms

Que ce soit en IPv4 ou en IPv6, il est impossible de garder en mémoire l’adresse IP de chaque appareil, hormis sur les réseaux les plus petits. La résolution de noms offre donc une solution pour rechercher une adresse IP à partir d’un nom plus simple à utiliser. 

Sur internet, la résolution de noms est assurée par le Domain Name System (DNS). Avec DNS, un nom au format hôte.domaine peut être utilisé en lieu et place de l’adresse IP de la destination. Quand la connexion est initiée, l’hôte source interroge un serveur DNS pour obtenir l’adresse IP de l’hôte de destination. Le serveur DNS lui transmet alors cette adresse IP de destination. Celle-ci servira ensuite à toutes les communications adressées à ce nom.

 



quote steffen ille

« La qualité première de PRTG ? Il me permet de me concentrer sur tout le reste. »

Steffen Ille, Université Bauhaus de Weimar

 

Supervision des adresses IP
3 fonctionnalités malines de PRTG
 

L’auto-détection identifie
rapidement vos adresses IP

Grâce à PRTG, les administrateurs peuvent aisément discerner les adresses IP pertinentes. PRTG effectue un test ping sur toutes les adresses IP et commence automatiquement à superviser les appareils qui leur sont associés. Vous gagnez ainsi de précieuses heures de travail et pouvez vaquer à d’autres occupations l’esprit tranquille.

Une vue d’ensemble sur les Top Listes

Parallèlement à la configuration du renifleur de paquets ou des capteurs NetFlow, des Top Listes seront automatiquement générées dans l'interface de visualisation des capteurs. Ces listes comprennent trois catégories : les Top Talkers, les Top Connections et les Top Protocols. Elles vous permettent d'identifier d'un coup d'œil les processus qui consomment le plus de bande passante. Si besoin est, vous pouvez même créer des Top Listes supplémentaires. Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page consacrée au sujet.

Plus de 250 capteurs pour une installation des plus aisées

PRTG intègre par défaut plus de 250 capteurs préconfigurés destinés à superviser votre matériel, votre bande passante, vos sites web et vos serveurs. Consultez notre liste de capteurs pour en savoir plus. La présence de ces capteurs facilite l'installation de PRTG, que vous partiez de zéro ou migriez depuis un autre logiciel de surveillance. D'ordinaire, l'installation se fait en un clin d'œil, même pour les infrastructures complexes. Pratique, l'assistant de configuration analyse votre réseau durant l'installation et définit des paramètres de surveillance qui vous serviront de point de départ.

 

Aperçu de la surveillance des adresses IP dans PRTG
 

 

PRTG facilite votre travail

Notre logiciel de supervision vous permet de vous concentrer sur vos tâches en vous alertant immédiatement en cas de problème.

 

time white

Économisez des efforts

PRTG vous permet d'avoir un outil de supervision centralisé pour tous les serveurs et pour l'ensemble de votre réseau. Profitez d'un aperçu rapide de l'ensemble de votre infrastructure grâce à notre tableau de bord et à notre application.

brain white

Gagnez du temps

Démarrer avec PRTG est un jeu d'enfant. La configuration ou le transfert d'un autre outil de supervision réseau est facile grâce à la découverte automatique et aux modèles d'équipements préconfigurés.

money white

Économisez de l'argent

80 % de nos utilisateurs nous font part d'économies de coûts subtantielles avec la supervision réseau.. Les frais de licence sont amortis en quelques semaines.

 

 

Surveillez toutes vos adresses IP d’un coup d’œil

PRTG est configuré en quelques minutes et est compatible avec de nombreux appareils.

 

PRTG comes with all the features you need, plus more your IT infrastructure won't want to live without.

vendors vm ware

 

PRTG permet de surveiller de nombreux fournisseurs de logiciel en un seul endroit!

 

 

Avec PRTG, vous gardez la trace des IP grâce au reniflage automatique des paquets.

 

Plébiscité par 500 000 utilisateurs et reconnu comme une référence par les experts du secteur

 

« Une solution de supervision des réseaux et infrastructures qui s’installe aisément et s’utilise encore plus facilement. La meilleure du marché, sans conteste. »


Lire les autres avis

« Un logiciel absolument parfait, doublé d’une assistance technique de premier ordre. Par sa capacité à se plier à tous les besoins et contraintes, c’est un outil indispensable pour qui veut superviser tout ou partie de son réseau. »

Lire les autres avis

« Un outil qui remplit magistralement sa mission première : offrir un service unifié de gestion des infrastructures et de supervision réseau et informatique. »


Lire les autres avis

 

Surveillance des adresses IP : Voici comment analyser votre trafic avec PRTG !
 

 

 iUne adresse IP (Internet Protocol) est une représentation numérique qui identifie de façon unique une interface donnée sur le réseau. Quoiqu’étant des valeurs binaires, les adresses IP sont habituellement représentées avec des chiffres décimaux (IPv4) ou hexadécimaux (IPv6) pour permettre à l’Homme de les déchiffre et de les utiliser plus aisément.
En savoir plus

Le point de départ

Le point de départ

En tant qu’administrateur, vous souhaitez garder un œil vigilant sur votre trafic, et à juste titre. En effet, la consommation de bande passante d’une seule adresse IP peut être si élevée que tout votre réseau s’en trouve affecté. Grâce à PRTG, vous prévenez les problèmes de trafic sur le long terme et optimisez les performances de votre réseau.

 

La vue d’ensemble

La vue d’ensemble

Au total, quelle est l’ampleur du trafic qui transite par votre réseau ? Le capteur de Trafic SNMP vous présente sous forme synthétique la quantité totale de trafic entrant et sortant. Votre boutique en ligne est prise d’assaut pendant les fêtes de fin d’année ? Vous souhaitez jauger le succès d’une campagne marketing ou d’une mise à jour d’envergure ? En surveillant les adresses IP avec PRTG, vous pouvez identifier les fluctuations hebdomadaires, mensuelles et saisonnières. Vous verrez comment votre trafic évolue durant de longues périodes de temps et pourrez rapidement prendre les mesures qui s’imposent pour faire face à divers scénarios, comme celui d’une croissance continue.

 

Affinez votre surveillance

Affinez votre surveillance

L’étape suivante consiste à examiner les choses dans le détail. Grâce au reniflage de paquets ou aux capteurs NetFlow pour les appareils Cisco, vous serez à même d’analyser votre trafic avec une précision accrue et d’affiner votre surveillance des adresses IP. Le tableau de bord indique la quantité de trafic e-mail, de trafic web, de VoIP, de transferts de fichiers, de protocoles de messagerie instantanée, et bien plus encore. D’où ces données viennent-elles ? À qui sont-elles destinées ? Quels protocoles sont-ils utilisés ? L’observation précise de ces éléments vous permettra d’identifier ceux qui accaparent la bande passante – qu’il s’agisse d’utilisateurs, d’applications ou même de groupes d’ordinateurs.

 

PRTG The Swiss Army knife

PRTG: le couteau suisse des administrateurs système

Adaptez PRTG de manière individuelle et dynamique à vos besoins et appuyez-vous sur une API solide :

  • API HTTP : Accédez aux données de surveillance et contrôlez les objets surveillés à l'aide de requêtes HTTP
  • Capteurs personnalisés : Créez vos propres capteurs PRTG pour une surveillance réseau personnalisée
  • Notifications personnalisées : Créez vos propres notifications et envoyez des déclencheurs d'action à des systèmes externes
  • Capteur REST personnalisé : Supervisez presque tout ce qui fournit des données au format XML ou JSON

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Besoin d’une alternative à Nagios ? Passez à PRTG !
 

Coût

Coût

Bon nombre d'utilisateurs de solutions open source comme Nagios recherchent des alternatives à leur outil de surveillance IP ou réseau. Certes, les versions de base des logiciels open source sont gratuites. Mais avec PRTG, la mise en place et la maintenance sont nettement plus aisées, à l'image de la configuration du système d'alarme et de notification personnalisable. Ainsi, vous gagnez du temps, vous épargnez des soucis - et, à terme, réalisez des économies colossales, qu'il convient de prendre en considération lors de votre étude de marché.

Assistance technique

Assistance technique

Les solutions open source reposent sur l'assistance fournie par leurs communautés, ce dont on ne peut que se réjouir. Mais quand survient un souci majeur, l'administrateur doit pouvoir obtenir rapidement des réponses fiables de sorte à en identifier clairement la source et à le régler au plus vite. Pour ce faire, il peut compter sur l'aide de l'assistance technique Paessler. Nos techniciens s'efforcent de répondre aux demandes d'informations dans les 24 heures. Bien des questions sont déjà traitées dans notre Knowledge Base (uniquement en anglais). S'ajoutent à cela de multiples vidéos et webinaires à votre disposition.

Intuitivité

Intuitivité

Paessler met un point d'honneur à faire de son logiciel de surveillance un outil intuitif et facile d'utilisation. En tant qu'administrateur, vous avez suffisamment de sources de stress pour ne pas vous en imposer d'autres. L'intuitivité de PRTG a été reconnue dans d'innombrables études menées auprès des consommateurs. Pour en savoir plus, reportez-vous à notre comparatif entre Nagios et PRTG, disponible ici.

 

gerald schoch

Conseil pratique : « Gerald, que diriez-vous aux administrateurs qui souhaitent surveiller leurs adresses IP à l'aide de PRTG ? »

« Ceux qui veulent se doter d’un dispositif de surveillance IP doivent se préparer à aller au fond des choses. Si nos capteurs SNMP permettent de visualiser d’un coup d’œil de nombreux éléments dignes d’intérêt, l’utilisateur devra se servir de notre renifleur de paquets et de nos capteurs NetFlow pour obtenir des informations vraiment détaillées. Ce n’est qu’en examinant minutieusement ces données que l’on peut optimiser son réseau en continu. »

Gerald Schoch, rédacteur technique chez Paessler AG

 
box.png

Cela pourrait aussi vous intéresser :

Supervision VPN: Supervisez le connexions VPN et mesure le trafic, la charge et le nombre d'utilisateurs avec PRTG. Identifiez les problèmes de connexion et le trafic suspect.

Sécurité de réseau: Fort PRTG, vous avez l’assurance que votre réseau est protégé. En supervisant attentivement votre pare-feu, ports, routeurs, commutateurs, serveurs et bein plus encore, vous repèrerez vite d’éventuelles anomalies sur le réseau.

PRTG contrôle la qualité de vos connexions VoIP. En prévenant les dysfonctionnements et en contrôlant les accords de niveau de service, vous gagnez du temps et réalisez des économies. En savoir plus sur la supervision IP SLA.

 

Toujours pas convaincu ?

 

 

Plus de 500 000 administrateurs système apprécient PRTG

Paessler PRTG est utilisé par des entreprises de toutes tailles. Les administrateurs systèmes apprécient PRTG parce qu'il simplifie leur travail.

Toujours pas convaincu ?

 

Supervisez l'intégralité de
votre infrastructure IT

Bande passante, serveurs, environnements virtuels, sites Internet, services VoIP – PRTG surveille l'ensemble de votre réseau.

 

 

Essayez Paessler PRTG gratuitement

Chaque utilisateur a des besoins de supervision différents. C'est pourquoi nous vous laissons essayer PRTG gratuitement. Démarrez maintenant un essai.

 

 

IPv6 Cheat Sheet

Vous voulez tout savoir de l’IPv6 ?

En toute hypothèse, vous utilisez depuis des années le protocole réseau IPv4. Pourquoi ne pas passer à l’IPv6 ? Dans notre fiche de trucs et astuces, vous apprendrez tout ce qu’il faut sur l’en-tête IPv6, les règles d’affectation des adresses, les messages d’erreurs les plus fréquents sur ICMPv6, et bien plus encore.

Demandez dès maintenant votre exemplaire gratuit de notre fiche de trucs et astuces consacrée à l’IPv6 (en anglais uniquement).

 

PRTG

Logiciel de supervision réseau - Version 22.4.81.1532 (November 29th, 2022)

Hébergement

Téléchargement disponible pour Windows et en version hébergée PRTG Hosted Monitor

Langues disponibles

Anglais, Allemand, Espagnol, Français, Portugais, Néerlandais, Russe, Japonais, et Chinois Simplifié

Prix

Gratuit jusqu’à 100 capteurs (Liste de prix)

Unified Monitoring

Les périphériques réseau, la bande passante, les serveurs, les applications, les environnements virtuels, les systèmes à distance, l’IdO et bien plus

Vendeurs et applications pris en charge

Plus
cisco logo grey 40 dell logo grey 40 hp logo grey 40 ibm grey40 netapp grey40 linux grey40 aws grey40 windows grey40 vmware grey40 citrix grey40 exchange grey40 apache grey40 oracle grey40